Des jeunes, acteurs de leur avenir

La palme au centre EPIDE de Combrée

Une dizaine de volontaires du centre EPIDE de Combrée ont réalisé un court-métrage, dans lequel ils ont écrit et joué le scénario sur les difficultés des femmes dans la société. Ce projet a été mené en collaboration avec François Pageot, éducateur spécialisé au sein de l’association Païpaï, et passionné par la réalisation de films.

C’est l’histoire d’un jeune qui "deale" des produits illicites avec deux autres acteurs. L’un d’entre eux part rejoindre ses amis et croise une jeune femme. C’est à ce moment que l’acteur principal joue le rôle d’un dragueur en sifflant et accostant la jeune femme. C’est alors qu’un autre acteur intervient pour défendre la jeune femme qui n’est autre qu’une formatrice de l’EPIDE. Cela aurait pu être une histoire vraie, mais c’est une fiction, inventée par les volontaires.

Les deux premières séances ont été consacrées à des échanges constructifs portant sur le droit des femmes dans la société. Des sujets comme la mixité et l’égalité entre les hommes et les femmes ont été évoquées et ont permis l’écriture du court métrage. L’ensemble des volontaires se sont tous laissés prendre au jeu comme Makine, volontaire insertion : 

« Au cours de nos échanges, nous avons tous eu la possibilité de donner nos idées et de partager notre vision sur l’égalité des hommes et des femmes dans le monde d’aujourd’hui. Tout le monde n’a pas conscience des difficultés des femmes dans la société. C’est pour une de ses raisons que j’ai souhaité m’investir sur ce projet pour ainsi faire évoluer les mœurs. »

Ensemble, ils ont écrit, filmé et joué un film

Pendant 3 demi-journées, le tournage s’est déroulé dans différents lieux de l’établissement allant du cloitre, en passant par la salle de cours et l’étang de Combrée situé à proximité du centre. Cette expérience inédite a permis aux participants de découvrir les différentes facettes d’un tournage, comme en témoigne Nathalie Pepion, monitrice et actrice du court métrage : 

« En tant que femme, j’ai été touchée par ce projet. C’est avec plaisir que j’ai accepté d’aider les jeunes porteurs du projet. Au début du tournage, c’était difficile pour moi d’être en tenue civile car j’avais le sentiment de dévoiler une partie de moi. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, faire du cinéma ce n’est pas si simple ! J’ai été très contente de participer à cette expérience avec les jeunes qui étaient tous très investis et bienveillants. »

Quant à Jordan, volontaire à l’EPIDE, la thématique retenue est un sujet qui lui tient à cœur : « Je suis fier de notre équipe parce que nous étions majoritairement des hommes qui ont été touché par ce thème d’actualité sur les droits des femmes. Aujourd’hui, il y a tellement de femmes qui se font agresser dans la rue, que c’est important pour moi de sensibiliser les hommes et les femmes sur ce sujet. »

Grâce à ce court-métrage, certains participants ont gagné en confiance et d’autres ont pu appréhender la gestion du stress comme le décrit Makine « le tournage, ça met quand même une petite pression… Il ne faut pas se tromper ! ».

Du matériel de cinéaste

Pour une grande majorité des volontaires, cette expérience est une grande première et une véritable découverte de l’utilisation de matériel audiovisuelle. Makine, volontaire insertion se souvient notamment de l’installation de la grue de cinéma qui jusqu’à ce tournage lui était encore inconnue.

Une image contenant herbe, extérieur, personne Description générée automatiquementFrançois Pageot a partagé ses connaissances sur l’installation et l’utilisation de ce système de portage permettant des prises de vues cinématographiques. Quant à Brahim, volontaire à l’EPIDE, il a pris plaisir à utiliser la caméra à partir des conseils qui lui ont été donné.

Lors de ce tournage, les volontaires ont tous pris à cœur leur rôle au sérieux : ingénieur du son, éclairagiste, réalisateur, machinistes…

 

C’est avec beaucoup d’émotions que les participants auront le privilège de découvrir leur réalisation cinématographique en avant-première au sein du centre à la fin août.

 

Association Paipai : https://assopaipai.org/intervenant/francois-pageot

Traitement en cours ...