Des jeunes, acteurs de leur avenir

Retour des volontaires : savoir-faire versus savoir-être… sanitaire

Après plus de 2 mois de fermeture de ses centres, l’Etablissement pour l’insertion dans l’emploi accueille progressivement les jeunes de 18 à 25 ans.

À l’EPIDE, la rentrée c’est toute l’année. Un concept spécifique au dispositif d’insertion, et qui, pour les volontaires des 19 centres, a pris une nouvelle forme. Véronique Millet, directrice du centre EPIDE de Bourges-Osmoy (18) revient sur cette rentrée improbable.

Une fermeture soudaine…

Comme dans les 18 autres centres EPIDE, Véronique Millet et les agents du centre de Bourges-Osmoy (18) ont rapidement réagi à l’annonce du confinement afin d’assurer l’accompagnement des volontaires. À l’instar du centre de Lanrodec (22), des mesures d’urgence ont été prises pour les jeunes sans solution de logement. Suivi pédagogique des volontaires, veille sanitaire pour les jeunes logés en foyers, dotation de chèques-services pour certains, réexpédition du courrier pour d’autres, autant de problématiques qu’il a fallu solutionner rapidement. La directrice se rappelle, avec le sourire, de ses visites en solitaire dans le centre pour assurer une veille technique et de sécurité, et aussi pour nourrir les chats du centre, seuls résidents de l’infrastructure pendant la fermeture.

« À l’annonce du confinement, nous avons regroupé les volontaires pour les informer de la situation. Je les ai immédiatement rassurés. La fermeture temporaire du centre n’annonçait pas l’arrêt de l’offre de service de l’EPIDE. Nous allions continuer de travailler avec eux pour leur insertion, mais d’une manière différente. »

Vers une ouverture sous conditions

Comment (ré) accueillir les volontaires en internat en toute sécurité tout en maintenant l’offre de service ? Une contrainte, et pas des moindres, qu’il a fallu anticiper en attendant l’autorisation gouvernementale de réouverture. Mi-mars, le centre de Bourges-Osmoy accueillait 106 volontaires et 70 jeunes devaient intégrer le centre à la fin du mois. Pour ce centre d’une capacité d’accueil de 180 places, la priorité a été donnée à la réorganisation de l’internat pour les jeunes en cours de parcours. Un comité COVID, composé de représentants des fonctions impliquées dans la préparation de la réouverture et les organisations syndicales, avait pour objectif d’anticiper les besoins en matériel, recueillir les besoins des agents et des volontaires et identifier les points de vigilance sanitaires. Véritable Task force, ce comité a permis de gérer le suivi à distance des jeunes, et également de fournir un travail préparatoire utile pour assurer un accueil sécurisé pour tous, agents et volontaires.

La capacité d’accueil du centre, a permis début juin l’ouverture de 87 places répondant à la condition impérative d’un volontaire par chambre.

Le collectif EPIDE, c’est aussi construire ensemble un après COVID

Une cinquantaine d’agents ont, quant à eux, repris le chemin du centre dès le 11 mai pour se sensibiliser et travailler ensemble sur un plan de déconfinement adapté au centre. Véronique se rappelle : « Au retour dans le centre, chacun s’est réapproprié son espace de travail. Nous avons pris le temps de l’échange afin que chacun s’exprime sur son vécu durant le confinement. ». Il était important pour la directrice, qu’à l’échelle du centre, tous les agents soient impliqués dans le processus de réouverture. Ainsi, deux groupes ont vu le jour, l’un pour la mise en place des règles sanitaires et le second sur l’offre de service pour laquelle il faut garder le caractère individualisé, tout en maintenant le collectif.

« J’ai particulièrement apprécié ce travail collectif et je tiens à les en remercier Les agents ont fait un travail exceptionnel. Nous avons poussé la réflexion, au détail près, pour tous les sujets qu’ils soient sanitaires ou en lien avec l’offre de service. Rien n’a été laissé au hasard. »

Les quatre semaines prévues en amont du retour des volontaires ont été importantes pour la mise en place des nouveaux protocoles, la réorganisation des différents locaux et des emplois du temps. Avant le retour des agents, un nettoyage complet du centre a été effectué. Toutes les règles qui font partie du quotidien des 86 volontaires ont été partagées. L’offre de service de l’EPIDE inclut dorénavant une sensibilisation des volontaires - et des agents - aux règles sanitaires. Du savoir-être en entreprise au savoir-être sanitaire.