Des jeunes, acteurs de leur avenir

Rénovation et projet professionnel, un même chantier pour les volontaires de Combrée

À Combrée, les volontaires du centre de l’EPIDE associent rénovation du patrimoine local, fierté du travail accompli et réflexions sur leur projet professionnel. Grâce à un partenariat avec le centre du patrimoine de Pouancé (49), ils ont participé en juillet à la restauration d’une ancienne bâtisse à Senonnes (53). Dans la bonne humeur, ils ont dégagé les pierres du bâtiment tout en découvrant des compétences qu’ils pourront mettre en œuvre plus tard.

« Jusqu’à aujourd’hui, je n’avais jamais utilisé de truelle, ni de bétonnière. C’est une vraie opportunité qui m’a permis d’enrichir mes connaissances », Mégane, volontaire du centre EPIDE de Combrée (49), est ravie de sa journée au cœur du centre d’entraînement hippique de Senonnes (53). Avec les autres volontaires, elle a participé à la restauration des soubassements d’une ancienne porcherie qui lui a permis de découvrir certains métiers, d’échanger avec des acteurs économiques locaux et surtout de constater avec fierté tout le travail accompli ensemble.

La belle collaboration entre le centre EPIDE de Combrée et le centre du patrimoine de Pouancé se prolonge depuis plusieurs années. Elle permet à nos volontaires de rendre plus concret leur rapport au monde du travail. Pendant leur passage à l’EPIDE, l’objectif est de retrouver la confiance et de se projeter dans une activité gratifiante. À Senonnes, les chantiers sont donc multiples : on redonne la vie aux vieilles pierres et on donne un futur aux jeunes pousses de l’EPIDE.

Les volontaires découvrent les techniques de rénovation

Le chantier de ce mois de juillet 2020 s’est déroulé dans d’excellentes conditions : sous le beau soleil d’Anjou et dans la bonne humeur. Encadrés par Jacky Desgré, responsable du centre du Patrimoine de Pouancé, les volontaires ont commencé par débroussailler le terrain en collaboration avec deux autres jeunes en service civique au sein de l’association. On ravive les pierres et on discute des parcours de chacun. La dynamique de bénévolat est en place et favorise les échanges. 

Pour une grande majorité d’entre eux, les volontaires découvrent les différentes techniques de rénovation. Après avoir piqueté l’ensemble des joints, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que les jeunes réalisent l’enduit du bâtiment et du muret. Pour enduire un mur en pierre, les jeunes ont préparé un mortier composé de sable, de chaux et d’eau. Une préparation qui permet de travailler des notions de formation générale tels que les proportions.

"En six jours seulement, les jeunes ont débroussaillé le monument recouvert de vigne, de lière et envahi par un figuier. Il ont ensuite piqueté les anciens joints et les plaques de raccord au ciment. Enfin, l 'ancienne bâtisse a été maçonné au mortier de chaux en conservant toutes les particularités du bâtiments sur une structure très riche en terre et peu en mortier.", explique Jacky Desgre.

« Ce qui m’a frappée, c’est de voir l’évolution de notre travail », confirme Mégane.

Après quelques heures de séchage, les participants brossent les murs afin de faire apparaître la pierre. Une fois cette étape terminée, les volontaires sont en effet fiers et satisfaits du travail accompli. Grâce à leur contribution, le centre d’entrainement hippique de Senonnes a pour projet de créer un espace d'exposition.
 

A SAVOIR : Sur commande du Syndicat Mixte du Centre d'Entraînement et avec la participation des communes de Pouancé et de Senonnes pour la logistique matérielle ainsi que du CERGO (Centre d'Entraînement Régional au Galop de l'Ouest), l'intervention a eu lieu du 15 au 23 juillet 2020.