Des jeunes, acteurs de leur avenir

La plume enchantée et les volontaires de l'EPIDE, fable d'un jour à Château-Thierry

La morale des centres EPIDE pourrait être « Patience et longueur de temps (pour trouver un emploi) font plus que force ni que rage », adaptée librement d’une fable de La Fontaine. Au centre de Margny-lès-Compiègne, les agents ont pris le célèbre poète à la lettre et ont organisé une visite de sa maison à Château Thierry (02), avec spectacle de fauconnerie en prime. Récit d’une belle journée où les volontaires ont pris le temps de découvrir la sagesse du XVIIe siècle et la grâce des oiseaux.

Mercredi 9 septembre 2020, quatorze volontaires de l’EPIDE de Margny-lès-Compiègne, accompagnés de leurs cadres, partent sur les traces de Jean de la Fontaine à Château-Thierry, dans l’Aisne, un département voisin. Départ à 8h15, la journée s’annonce ensoleillée lorsque nous montons dans les véhicules.

A notre arrivée, les guides nous accueillent et proposent de diviser le groupe en deux afin de respecter les mesures sanitaires : le premier groupe part à 10h00, le second 15 minutes plus tard. En attendant leur tour, les jeunes patientent et en profitent pour admirer la façade du Musée :
« Madame, c’est de la pierre de taille ? » demande Valentin. Effectivement, il s’agit de pierre de taille, la façade a été entièrement rénovée.

La maison de Jean de la Fontaine et son jardin

Lors de la visite, la guide explique que le Musée est en réalité la maison natale du célèbre fabuliste, construite à la Renaissance. Dans chaque pièce, les jeunes remarquent des objets liés aux fables : manuscrits, toiles, dessins et sculptures. L’œuvre de l’écrivain a inspiré de nombreux artistes bien au-delà du XVIIe siècle, Marc Chagall et Salvador Dali, pour ne citer qu’eux.

Le jardin a également suscité l’intérêt des jeunes et particulièrement celui de Henrique, volontaire qui nourrit le projet de devenir jardinier ; il rêve de travailler dans les espaces verts :

« Non, je te dis que ce sont des buis, et là c’est un rosier », pouvons-nous entendre au détour d’une allée.

Ballet aérien, le voyage se poursuit…

Plus tard, dans l’enceinte fortifiée ouverte sur la vallée de la Marne, chacun prend place sur les gradins.  Les volontaires ont hâte de découvrir le spectacle de fauconnerie des Aigles de Château Thierry ; La plume enchantée rend un bel hommage au poète du XVIIe siècle. Soudain, des chuchotements se font entendre, les fauconniers arrivent, les costumes provoquent des réactions dans le public :

« Regardez, comme ils sont habillés ! On dirait des vêtements du Moyen-Age ! » lance Steffy, volontaire à la Section 1, le ton est donné !

Le directeur de la troupe explique à l’assemblée attentive, les consignes à respecter durant le déroulement de la représentation : ne pas se lever et baisser la tête en cas de vol d’oiseaux en rase motte ! Il est inutile de provoquer une collision… L’aigle pêcheur en sortirait vainqueur !

Les dresseurs précisent qu’ils ont travaillé de nombreuses heures, des semaines durant, avec leurs compagnons ailés avant d’arriver à monter « La plume enchantée ».

Impressionnant spectacle de fauconnerie 

Chut ! La première scène débute : successivement, aigles, faucons, grands ducs et petits ducs impressionnent par leurs vols majestueux, en parfaite harmonie avec la musique médiévale qui rythme les tableaux successifs. La capture d’un leurre en plein vol par un aigle surprend :

« V’là la vitesse, il ne lui laisse aucune chance… », résume un jeune.

Une légère crainte anime les volontaires, quelques têtes se baissent au passage des rapaces qui les frôlent délicatement.

« Oh ! Ils passent trop près de nos têtes là, s’exclame Luigi, l’oiseau m’a presque touché », le volontaire se passe la main dans les cheveux, tout va bien, pas un seul cheveu en moins !

Le spectacle s’achève par un merveilleux vol de cigognes.

Sentant bien que l’assemblée ne souhaite pas quitter les lieux, un des fauconniers propose une démonstration de tir, avec un engin de guerre appelé trébuchet.

Valentin est désigné : il libérera la fronde !

 

À LIRE : les fables de Jean de La Fontaine