Des jeunes, acteurs de leur avenir

Avec les Geiq, les anciens volontaires de l’EPIDE sont accompagnés en entreprise

Depuis bientôt trois ans, l’EPIDE et la Fédération Française des Geiq ont noué un partenariat solide au profit de l’insertion professionnelle des jeunes, volontaires à l’EPIDE.

Découverte de métiers, job dating, journées portes ouvertes ou encore visite d’une entreprise. Pendant trois jours, du 13 au 15 mars, la Fédération Française des Geiq (Groupements d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification) organise un évènement national. Intitulé, « 3 jours avec les Geiq » celui-ci aura pour vocation de permettre la découverte de cette association pilotée et gérée par ses entreprises adhérentes avec un même objectif, favoriser l’insertion des personnes éloignées du marché du travail.

Ce dispositif est partenaire de l’EPIDE depuis septembre 2016. L’année passée, ce sont ainsi 27 informations collectives qui ont été organisées dans les centres EPIDE par les Geiq. A la clé, quatorze stages et douze sorties en emploi pour des volontaires. Parmi ces jeunes qui ont trouvé un emploi au Geiq, Jérémy, 20 ans, ancien volontaire du centre EPIDE de Bordeaux. « J’avais postulé à une offre au sein d’une entreprise du bâtiment, adhérente au Geiq, pour un poste de mécanicien. J’ai rapidement été pris en contrat d’alternance sur deux ans » explique le jeune homme, passionné de mécanique et d’automobile.

Un accompagnement sur la durée par les Geiq

Cette entreprise, DSA, est adhérente au sein du Geiq BTP Bordeaux Océan. Ce dernier a permis à Jérémy de bénéficier d’un accompagnement complémentaire dès son intégration dans sa nouvelle entreprise. « L’accompagnement m’a apporté beaucoup de choses, par exemple quand j’avais une question sur mon contrat » détaille-t-il. « Dès que j’ai une question, ou un problème, je peux contacter ma conseillère du Geiq. »

Un accompagnement réalisé sur la durée comme l’explique Cécile Gendron, chargée de mission insertion et qualification, qui s’occupe de Jérémy. « Depuis qu’il a intégré le Geiq, en avril 2017, je fais des visites sur son lieu de travail. Désormais, je fais un point avec lui, et son tuteur, tous les deux ou trois mois » explique-t-elle. Un accompagnement primordial pour la bonne intégration des futurs employés explique Héric Quettelart, président de la Fédération française des Geiq : « Nous avons une obligation de double tutorat dans les Geiq. Au sein de l’entreprise, il faut un tuteur, ainsi qu’au sein du Geiq. Si ces jeunes sont éloignés de l’emploi, c’est pour une raison » note-t-il. « Il faut trouver l’entreprise qui va être adaptée au jeune et créer une relation de confiance entre eux » précise Héric Quettelart.

Les savoirs-êtres, primordiaux en entreprise

Une relation de confiance nécessaire pour la bonne intégration des jeunes dans les entreprises. « Je répare tous les véhicules de l’entreprise, mais également de nombreuses machines » note Jérémy. « Ce que je fais aujourd’hui me plaît beaucoup. Ce qui m’a attiré, c’est ma passion pour les voitures, mais aussi le fait que cela soit un travail manuel » précise l’ancien volontaire, décrocheur scolaire après une orientation imposée en seconde BAC Pro Electronique.

Un jeune, motivé, qui répond aux attentes de son entreprise. « L’EPIDE lui a vraiment donné un cadre et des valeurs attendus en entreprise » note Cécile Gendron. Un avis partagé par Héric Quettelart, président de la Fédération française des Geiq : « L’EPIDE, c’est une démarche volontaire, pour une insertion dans l’emploi. Nous avons tout intérêt à travailler avec l’EPIDE. »

Pour Jérémy, cette expérience concluante et rassurante, lui a permis de réfléchir sereinement à son avenir professionnel : « Dans le futur, je souhaiterais avoir plus de relation avec les clients, dans un garage ou une concession. J’aimerais continuer dès septembre prochain vers un Bac Pro en apprentissage en lien avec un CFA » explique-t-il. « Je termine cet été mon contrat et j’ai mes examens pour mon CAP. Je suis motivé à fond » conclut finalement l’ancien volontaire.