Des jeunes, acteurs de leur avenir

À L’EPIDE, on prend de la hauteur !

Une cinquantaine de volontaires des centres de Lanrodec (22) et Cambrai (59) ont connu leur baptême de l’air en ULM à Quiberon le 23 juillet. Un temps fort de leur passage à l’EPIDE organisé grâce à un partenariat entre la Marine Nationale et la Fédération Française d’ULM. Ils ont découvert la Presqu’île et Belle-île en compagnie de soignants et autres personnels particulièrement exposés au Covid pendant le confinement.

Comment envisager sereinement son insertion dans l’emploi ? En ayant la vue la plus large sur le marché du travail. Au début, cela peut donner le vertige, mais après un passage à l’EPIDE on s’aguerrit. C’est littéralement ce qu’ont vécu une cinquantaine de volontaires des centres de Lanrodec (22) et Cambrai (59) lors d’un baptême de l’air en ULM à Quiberon le 23 juillet. Une expérience qui marquera leur parcours à l’EPIDE.

« Je suis de Lorient, mais je n’étais jamais venue sur la presqu’île. C’était magnifique de voir l’isthme de Penthièvre et Belle-Île d’en haut », s’exclamait Hamada Faïda, 22 ans, à Ouest-France.

Aline Riou, 19 ans, volontaire comme Hamada à Lanrodec, était un peu stressée avant le vol : « Je n’en ai pas dormi, j’avais une boule au ventre jusqu’au décollage. Mais une fois en l’air, c’était vraiment exceptionnel, on ne fait ça qu’une fois ».

Une belle répétition pour les futurs entretiens d’embauche qui, malgré les papillons dans le ventre, leur permettront de décoller professionnellement.

« On y pensera au moment de faire notre choix professionnel »

Faire découvrir les joies et les particularités du monde aéronautique, présenter ses métiers, telles sont les raisons qui ont motivé le partenariat entre la Marine nationale et la Fédération française d’ULM, signé la veille de cet événement.

« C’est très intéressant que des jeunes puissent voler pour la première fois grâce à ce partenariat », expliquait Bruno Gallée, capitaine de corvette et chef du recrutement dans l’ouest pour la Marine nationale à Ouest-France. Nous allons être plus visibles, pour ceux qui pratiquent déjà l’ULM, mais aussi au cours d’événements organisés par la fédération. »

L’objectif recrutement est précisé par ailleurs par Sébastien Perrot, président de la FFPLUM, sur le site de référence aéronautique aerobuzz.fr : « Ce partenariat (de deux ans renouvelable) permettra de porter un regard nouveau sur la très grande richesse des métiers offerts par la Marine et d’élargir la culture aéronautique des jeunes et futurs marins du ciel grâce à la diversité des pratiques de l’ULM ». A travers cette opération séduction, la FFPLUM et le SRM (Service de Recrutement de la Marine) cherchent de futurs talents et pratiquants ULM notamment au sein des EPIDE.

Soignants, aide-soignants et infirmiers comme nos volontaires se souviendront longtemps de cette expérience époustouflante. Hamada Faïda et Aline Riou, parmi les volontaires les plus enthousiastes, lançaient ainsi aux journalistes pour conclure : « Je ne sais pas si on va s’engager tout de suite dans l’aéronavale, mais on y pensera au moment de faire notre choix professionnel. »