Des jeunes, acteurs de leur avenir

Laëtitia : « Je veux ouvrir mon salon de coiffure dans deux ans »

Ancienne volontaire du centre EPIDE de Montry

« Je suis entrée à l’EPIDE en décembre 2015, désespérée, avec mon CAP coiffure en poche, obtenu en 2013. Après une mauvaise expérience en entreprise, j’étais dégoutée du travail et j’ai arrêté la coiffure. Je me suis retrouvée à rien faire chez moi pendant plus d’un an. Tous les jours, je me levais à 14 heures et mes parents me disaient « qu’est-ce que tu vas faire de ta vie ? ». Toutes mes amies avaient un travail ou une formation. Quand je cherchais un emploi, on me disait que je n’avais pas assez d’expérience. J’ai cherché sur Internet un moyen de m’en sortir. C’est comme ça que j’ai découvert l’EPIDE.

C’était une dernière chance pour moi. Je ne sais pas ce que j’aurais fait sinon. J’ai découvert beaucoup de métiers à l’EPIDE, mais tout le monde me disait que j’étais faite pour la coiffure. Les cadres et ma conseillère d'orientation me motivaient énormément pour reprendre ce projet. Je suis quand même sortie de l’EPIDE, en mai 2016, avec un emploi. C’était juste un travail alimentaire, mais il m’a permis de vivre, sans dépendre de mes parents.

A maintenant 21 ans, je me suis remotivée et j’ai décidé de passer mon brevet professionnel pour ouvrir mon salon de coiffure dans deux ans. Je suis entrée en formation en alternance en octobre 2016, quelques mois après l’EPIDE. Franchement, c’est plus dur que ce que j’imaginais. Si je n’étais pas allée à l’EPIDE, j’aurais abandonné depuis longtemps ma formation. L’EPIDE m’a donné de la rigueur dans ma vie, m’a appris à être sérieuse dans mon travail, être présentable, ou encore à savoir gérer mon emploi du temps et surtout savoir gérer ma vie. »

Date de publication : 13/12/2016