Des jeunes, acteurs de leur avenir

Opération dépollution de l'Ile de Bréhat pour les volontaires de Lanrodec

Fin juin, un groupe de volontaires et d'agents du centre EPIDE de Lanrodec ont, pour la troisième année consécutive, mis en oeuvre une opération dépollution de l’île de Bréhat. Une action qui comme chaque année est très appréciée par les Bréhatins.

Depuis 3 ans en juin avant la saison touristique, des volontaires du centre EPIDE de Lanrodec participent pendant 4 jours à la dépollution de l’île de Bréhat contribuant ainsi par cette action éco-citoyenne à la santé économique de l’île.

Un "butin" encore bien trop conséquent

En amont du séjour, un programme a été établi avec la mairie de l'Ile, afin de pouvoir organiser au mieux l'action. Mais avant de débuter l'opération nettoyage, le groupe de volontaire a rencontré l'association Fert'Ile qui oeuvre, entre autre, à la découverte, la sensibilisation et la valorisation de  l’environnement insulaire. La présentation d’un film sur les dangers de la pollution du littoral a marqué l'esprit des volontaires car il leur a fait comprendre l’intérêt et la nécessité du travail qu’ils allaient effectuer.

"Les volontaires se sont sentis investis de la mission de nettoyage de l’île de Bréhat et ont été de bonne volonté." Un agent du centre de Lanrodec.

Une fois les secteurs de nettoyage identifiés avec les services techniques, trois groupes de volontaires équipés d’une carriole à main ont ramené les encombrants sur les points de ramassage. Cette opération de dépollution de plage, avant l’arrivée des estivants, permet de mobiliser la concentration et développer les connaissances sur l’environnement des volontaires. Ainsi, ils apprennent à lire une carte, à se repérer dans l'espace, à se mouvoir dans un élément inhabituel et, enfin, à s'entraider dans des tâches à accomplir.

Près d'une tonne de déchets a été ramassée, pour un volume de neuf mètres cube, sur les quatre jours de travail. Un butin qui étonne encore un agent du centre de Lanrodec : "Nous pourrions penser que nous ramasserions de moins en moins de déchets et bien ce n’est pas le cas !". Les iliens ont remercié et félicité les volontaires pour leur dévouement écologique. Pour preuve, un habitant de l’île a offert à chacun des volontaires pour les remercier de leur travail  une glace "maison".

Une action éco-citoyenne qui rassemble volontaires et habitants de l'Ile

Bien au delà d'un simple séjour de cohésion, cette action est réalisée en collaboration avec les habitants et les enfants de l’île qui n'hésitent pas à aider les volontaires dans leurs tâches. Lors de ce séjour, huit volontaires accompagnés de deux agents ont effectué une intervention avec les élèves de l’école publique pour nettoyer la plage du Guerzido.

Les entreprises et la mairie de l'île soutiennent, quant à elles, les volontaires avec une contribution financière et logistique sur l'ensemble du séjour. Les services techniques apportent un soutien non négligeable au groupe de volontaires dans la bonne mise en oeuvre de l'action. Les volontaires ont aussi profité des structures de l'île. L’école de voile a offert une ballade en zodiac, pour découvrir la faune et la flore de l’île et un groupe a bénéficié de trois heures sur un vieux gréement. Une aide et un soutien très appréciés comme le souligne un des agent qui a accompagné le groupe : "Les commerçants de l’île nous ont montré leur reconnaissance par de bons petits déjeuners et de très bons dîners. Et aussi, le repas type auberge espagnole le premier soir, préparé par les Bréhatins et partagé avec eux."

Prêts pour une nouvelle opération

A l'occasion d'un pot de remerciement organisé par le maire, l'action a été pérennisée auprès des élus, avec une prise en charge d’une partie des frais de restauration pour l’année prochaine. En 2019, l’action citoyenne se déroulera au cours de la semaine d’ouverture du camping de l’île. Et les vedettes de Bréhat ont accepté d'accorder la gratuité du transport en bateau pour les volontaires.

"Parfois interpellés pour savoir si nous étions une équipe de football, les touristes étaient curieux de savoir ce que nous faisions avec nos sacs poubelles et nos chariots."