Des jeunes, acteurs de leur avenir

A Vittel, le Club Med recrute des volontaires de l’EPIDE

Depuis un an, le centre EPIDE de Langres et le Club Med de Vittel travaillent ensemble pour proposer aux volontaires de nombreux métiers qui nécessitent peu ou pas de qualification. Plusieurs jeunes ont déjà rejoint les cuisines du club.

Un partenariat prometteur. Depuis un peu plus d’un an, le centre EPIDE de Langres s’est rapproché du Club Med de Vittel. Un établissement intéressé par le recrutement de volontaires du centre sur des postes variés.

« Nous proposons beaucoup d’emplois différents dans nos clubs. Nous cherchons essentiellement des femmes de chambre, des employés d’entretiens pour les espaces communs » explique Anne-Laure Cazaly, Assistante Ressources Humaines au Club Med, avant de poursuivre : « Nous recrutons aussi en cuisine, au service, du chef de partie jusqu’au commis. Nous recherchons aussi des peintres, des électriciens, des plombiers, etc. » Des postes variés, sans oublier ceux au contact direct des clients, par exemple dans l’animation : « Nous recherchons des jeunes qui viennent d’avoir le BAFA ou le CAP petit enfance pour travailler au mini-club ».

De nombreux postes en tensions pour lesquels le Club Med éprouve des difficultés à recruter. « Nous avons énormément de mal à trouver des candidats pour les métiers de l’hébergement et de la cuisine ». Obstacle supplémentaire au recrutement, il s’agit bien souvent de contrats saisonniers pour lesquels il faut trouver la bonne personne au bon moment, souvent pendant la saison estivale.

« A l’EPIDE, les jeunes sont volontaires, ils ont envie de travailler », Anne-Laure Cazaly, Assistante Ressources Humaines au Club Med.

Des valeurs communes entre l’EPIDE et le Club Med

Des métiers qui demandent peu de qualifications, mais qui intéressent les jeunes de l’EPIDE. « Les volontaires cherchent vraiment à s’intégrer dans le milieu professionnel. Ils veulent trouver un métier et sont motivés ». Des candidats qui se démarquent selon Anne-Laure Cazaly : « Généralement, les candidats que nous recevons ne sont pas très motivés, contrairement aux jeunes de l’EPIDE ».

Autre point positif selon elle, les valeurs développées à l’EPIDE. « Il y a des valeurs communes entre le Club Med et l’EPIDE, comme l’esprit d’équipe, de cohésion ou les valeurs d’ouvertures d’esprit. C’est aussi très intéressant de recruter un jeune qui a l’habitude de respecter les horaires et les lieux communs grâce à la vie en internat. Nos employés vivent dans le club aussi pendant la saison. Ce sont des points qui nous intéressent et qui nous parlent ! » conclut-elle.

D’anciens volontaires au sein du Club Med

Deux jeunes du centre EPIDE de Langres ont ainsi d’ores et déjà choisi de rejoindre les cuisines du Club Med de Vittel, sur des postes de commis. Parmi-eux, Christopher, 20 ans. Malgré un CAP cuisine en poche, le jeune homme n’arrive pas à trouver un emploi. « Mon profil n’intéressait pas les employeurs. Je n’avais selon eux pas assez d’expérience. Personne ne voulait me laisser ma chance » regrette-t-il. Christopher rejoint en décembre 2016 le centre EPIDE de Langres pour être accompagné dans sa recherche d’emploi : « L’EPIDE m’a remis dans la bonne direction ».

C’est à l’EPIDE que Christopher découvre le Club Med. « J’ai fait plusieurs stages dans des restaurants grâce à l’EPIDE, dont un de deux semaines en 2017 au Club Med de Vittel ». Le jeune homme est impressionné par la structure qui comprend, rien qu’à Vittel, 400 employés : « J’ai beaucoup appris pendant ces deux semaines. Nous devions préparer de grandes quantités de nourriture. A la fin du stage, j’étais bien plus organisé en cuisine ».

« Sans l’EPIDE, je n’aurais sûrement pas trouvé d’emploi. Je n’aurais pas pu faire autant de stages et encore moins être employé au sein du Club Med » Christopher, ancien volontaire du centre EPIDE de Langres.

Un stage probant, puisque le Club Med revient vers lui et lui propose un CDD de 7 mois de mai à novembre 2018. « En tant que commis de cuisine, mon travail est de préparer les différentes entrées et les crudités servies au buffet. Je réalise aussi les sauces pour ces crudités, comme la vinaigrette, l’huile, la sauce cocktail, la sauce tartare, etc. » détaille-t-il.

Une première saison intense qui permet à Christopher d’énormément progresser selon sa cheffe de partie. « Suite à mon évaluation de poste, l’on m’a annoncé que je serais repris dès le mois de mars prochain » se félicite l’ancien volontaire. Autre opportunité pour celui-ci, effectuer une saison d’hiver dans un Club Med, en Montagne cette fois.

Ce début de carrière laisse déjà Christopher entrevoir son futur : « Il y a de vrais possibilités d’évolution au sein du Club Med. Ma responsable m’a expliqué que si je continue comme ça, je pourrais rapidement évoluer comme demi-chef de partie ». Pour lui, c’est aussi l’espoir de voyager. « Je suis hébergé au sein du Club Med directement. C’est un vrai avantage. J’aimerais dans le futur voyager de club en club en France, mais aussi à l’étranger ».