Des jeunes, acteurs de leur avenir

Robert Anton

Coordonnateur administration au sein de la Direction générale de l’EPIDE

Quand êtes-vous arrivé à l’EPIDE ?

Je suis arrivé en 2005 pour préparer la création de l’EPIDE le 2 août de la même année.

Quelles sont les raisons qui vous ont amené à choisir l’EPIDE ?

En 2005, après une carrière  de 36 ans dans l’Armée de l’air et désireux de rester en activité, j’ai été informé de la création imminente d’un nouveau dispositif destiné à aider les jeunes gens en difficulté. L’objectif m’a immédiatement et très fortement intéressé dans la mesure où cette élaboration constituait un véritable challenge, puisque tout était à construire. La noblesse de l’objectif et la conviction que je pouvais mettre mon expérience, mes qualités et compétences au service de ce dispositif, ont été déterminants.

Qu’est-ce que vous affectionnez le plus dans votre activité professionnelle ?

Depuis que je suis à l’EPIDE, j’ai occupé plusieurs fonctions au sein de la direction des ressources humaines. Ce que j’y ai particulièrement affectionné, c’est la diversité des rencontres. En effet, dans le cadre du recrutement des nouveaux agents, j’ai eu le privilège de rencontrer des candidates et candidats issus de divers milieux socioprofessionnels, de tous âges, de cultures différentes, etc. C’est une expérience enrichissante.

Le travail en équipe est également un élément primordial, voire incontournable pour moi. Partager les résultats de mon travail et assumer les responsabilités qui me sont confiées sont des points très importants pour moi ; je crois même que ce sont des priorités. La réciprocité est également enrichissante car elle témoigne de la nécessité des échanges, chacun d’entre nous étant le maillon indispensable à la réussite de nos tâches et de nos actions, indéniablement complémentaires.

Si vous deviez convaincre des personnes issues de l’extérieur de venir travailler à l’EPIDE, que leur diriez-vous ?

Si votre motivation profonde est de vous investir pour les autres, de mettre vos compétences, votre savoir-être et votre savoir-faire au service des jeunes gens en situation de vulnérabilité, si vous voulez leur donner une 2ème chance, alors l’EPIDE est fait pour vous !

Il y a et il y aura encore tant de choses à faire pour eux, car, malheureusement, il y aura toujours des jeunes gens qu’il faudra aider à sortir du tourbillon de l’échec.

L’important, c’est de croire à ce que l’on fait, à l’utilité de ce que l’on fait, ne jamais se résigner. La plus belle des récompenses sera la satisfaction d’avoir donné aux autres ; on pourra peut-être avoir des regrets, mais pas des remords.  

Commentaires libres :

Le sens du devoir est quelque chose de très important pour moi. Dès lors que l’on a choisi et accepté une mission, il m’apparaît évident que l’on doit prendre ses responsabilités et les assumer, quelles que soient les difficultés. Nous avons des droits, certes, mais nous avons aussi des devoirs, et avant tout, le devoir de respecter l’engagement que nous avons pris en acceptant le poste.

Le temps arrivera très bientôt où j’aurai à quitter l’EPIDE, je mettrai alors un terme à mes fonctions avec regrets, c’est certain !

Date de publication : 10/02/2015