Des jeunes, acteurs de leur avenir

Trouver un emploi dans le secteur de la sécurité

Les métiers de la sécurité sont en pleine croissance depuis 2015 et la série d’attentats qu’a connue la France. Une croissance qui se répercute par une hausse des embauches. La même année, 5% des volontaires de l’EPIDE ont ainsi trouvé un emploi dans le secteur de la sécurité.

Prestataires de services, spécialisées dans la prévention et la surveillance grâce à des agents, les entreprises privées de sécurité et surveillance mettent en œuvre un ensemble de prestations qui ont pour objectif la sécurité des biens et des personnes qui leur sont confiés.

Un secteur qui recrute

Les métiers de la sécurité emploient environ 152.000 salariés en France en 2016. 50.000 nouveaux emplois devraient être créés dans les années à venir. En 2016, avec les nombreux évènements médiatiques qui ont émaillé l’année, comme le Tour de France ou le Festival de Cannes, les recrutements ont été très nombreux. Rien que pour l’Euro 2016, plus de 10.000 personnes ont été embauchées en tant qu’agents de sécurité. Parmi eux, de nombreux volontaires de différents centres EPIDE.

Selon l’enquête Besoins en Main d’œuvre de Pôle emploi, les entreprises de sécurité en Ile-de-France, devraient aussi recruter plus de 10.000 agents de sécurité et de surveillance et enquêteurs privés en 2016. Une offre d’emploi très abondante, puisque ce métier arrive à la 4ème position des postes que les entreprises ont le plus de mal à pourvoir.

Quels contrats ?

Le secteur de la sécurité offre beaucoup de postes en CDI : 9 salariés sur 10 sont concernés par ce type de contrat. Des CDI majoritairement à temps-plein, pour 9 contrats sur 10, dans un métier très masculin. Seulement 15% des effectifs sont en effet des femmes. La moyenne d’âge est quant à elle de 39 ans.

Quels métiers et quels salaires dans la sécurité ?

Les métiers de la sécurité proposent des missions variées parmi lesquelles la surveillance et le gardiennage (59% des emplois), la patrouille, la sûreté aérienne et aéroportuaire, les activités de télésurveillance, la protection rapprochée, les activités de surveillance et de maintenance de systèmes de sécurité, les activités des agents de recherche privée, ou encore le transport de fonds.

Côté salaires, si les emplois sont très stables, les qualifications demandées sont plutôt faibles. De ce fait, les rémunérations ne sont pas très élevées. Toutefois, face aux difficultés de recrutement que connaissent les employeurs, les rémunérations ont tendance à augmenter ces dernières années.

Comment devenir agent de sécurité ?

Il ne faut pas réaliser de longues études. En effet, les deux tiers des salariés du secteur n’avaient pas le baccalauréat en 2010. La sécurité privée est ainsi un important vivier d’emplois, pour les personnes peu ou pas qualifiés.

Seule obligation depuis 2008, justifier de son aptitude professionnelle. Pour y parvenir, deux solutions. La première, passer le Certificat de qualification professionnelle Agent de Prévention et de Sécurité (CQP APS). La seconde est de disposer d’une certification professionnelle reconnue :

  • CAP « Agent de Prévention et de Sécurité » ou mention complémentaire « Sûreté des espaces ouverts au public »,
  • Le titre « Agent de sûreté et de sécurité privée » de l’AFPA.

Les centres EPIDE sont ainsi à même de pouvoir aider les volontaires à passer ces formations, comme Cathy du centre EPIDE de Langres.