Des jeunes, acteurs de leur avenir

Le CGET zoome sur les dispositifs EPIDE et E2C

Dans un article du 30 août, le Commissariat général à l’égalité des territoires effectue une présentation de deux dispositifs phares dans l’accompagnement des « jeunes décrocheurs » vers la formation et l’emploi : l’EPIDE et les E2C.

« Les jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) sont presque trois fois plus touchés par le chômage que les jeunes des quartiers environnants ». C’est l’un des constats du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), paru dans un article du 30 août de sa publication « En bref ».

Pour répondre à cette problématique sociétale, le CGET met à l’honneur dans son article deux dispositifs qui accompagnent les jeunes décrocheurs des QPV vers la formation et l’emploi grâce à des « réponses particulièrement adaptées » : l’EPIDE (Etablissement pour l'insertion dans l'emploi) et les Ecoles de la 2e chance (E2C).

Des profils plutôt similaires

Des jeunes qui connaissent bien souvent des difficultés familiales et sociales, se répercutant sur leurs parcours scolaires majoritairement « chaotiques » et entrainant un manque de repères, ainsi qu’un niveau de qualification en moyenne très faible comme le rappel le CGET.

Le Commissariat général dresse ainsi dans son article un comparatif des profils des jeunes accueillis par les deux dispositifs. Ces jeunes ont ainsi en moyenne entre 19 et 20 ans, résident pour un tiers dans les QPV et sont plus de 80% (82% dans les EPIDE et 87 dans les E2C) à avoir un niveau scolaire inférieur au BEP/CAP.

La grande différence entre les deux dispositifs, en termes de profil, concerne le nombre de femmes accueillies. Elles sont ainsi deux fois plus nombreuses dans les E2C, 52% contre 26% à l’EPIDE. Une différence qui s’explique par le format d’accueil de l’EPIDE en internat et par son inspiration d’origine militaire. Finalement, les durées moyennes de parcours sont plutôt similaires, entre 6 et 7 mois, tout comme les sorties positives des dispositifs (en emploi ou en formation), autour d'un jeune sur deux.

Des dispositifs renforcés en 2015

Alors que les jeunes issus des QPV représentent environ un tiers des bénéficiaires des deux dispositifs, le Comité interministériel à l’égalité citoyenne (Ciec du 6 mars 2015) a renforcé leur place. Une volonté qui s’est traduite par une hausse des objectifs d’accueil des populations issues des QPV.

Ainsi, les E2C doivent désormais accueillir 40% de jeunes des QPV parmi les 15.000 accompagnés chaque année. L’EPIDE a quant à lui vu ses capacités d’accueil augmenter de 1000 places, mais aussi la création de deux nouveaux centres (en cours à Nîmes et Toulouse) avec un objectif total de 50% de jeunes des QPV dans l’ensemble des centres. Sept nouvelles antennes ou écoles E2C sont également prévues, rappel le CGET dans son article, et notamment à Marseille et Lyon.