Des jeunes, acteurs de leur avenir

Des perspectives d’embauches record en 2018

Pôle emploi a publié le 10 avril son enquête Besoins en Main-d'Œuvre 2018. Celle-ci met en évidence une forte hausse des intentions de recrutement cette année, mais aussi des difficultés récurrentes d’embauches dans des secteurs en tension, comme l’industrie et la construction.

370.000 projets de recrutement supplémentaires en 2018. Pôle emploi a présenté ce 10 avril son enquête* Besoins en Main-d'Œuvre (BMO) 2018, à Paris. Et celle-ci fait état d’une très forte augmentation des perspectives d’embauches pour cette année, avec une hausse de 18,7% par rapport à 2017. Au total, se sont plus de 2,35 millions d'embauches potentielles qui pourraient avoir lieu.

Autre bonne nouvelle, cette tendance est portée « par des projets non-saisonniers et de recrutements durables, CDI ou CDD de plus de six mois », comme l’explique le directeur général de Pôle Emploi, Jean Bassères, lors d’une présentation de l’étude dans la célèbre école Ferrandi de gastronomie, à Paris. Ainsi, 63,9% des projets envisagés concernent des recrutements durables contre 57,5% en 2017.

Des métiers très dynamiques

Mais qui recrute ? En premier lieu, le secteur des services aux particuliers avec près de 900.000 embauches potentielles (+13%), mais aussi celui des services aux entreprises avec 580.000 intentions (+22%). Le commerce est également très dynamique pour 2018, puisque les entreprises du secteur pourraient proposer plus de 293.000 postes (+22%).

Toutefois, ce sont les secteurs de la construction (+37%) et de l’industrie (+22%) qui connaissent la plus forte progression. Jean Bassères note que « pour l'industrie il s'agit d'un vrai décollage » des perspectives d’embauches cette année, avec certains métiers spécifiques très dynamiques comme la fabrication de matériel de transport (+49,7%) et la métallurgie (46,1%), et qu’il y a, pour la construction « une amplification » par rapport à l'année dernière avec « des embauches en CDI ».

Pôle emploi dresse également dans son étude BMO 2018, le top 10 des métiers en fonction du nombre de projets de recrutement non-saisonniers. Ces postes sont ainsi souvent accessibles sans diplôme ni qualification. Parmi ceux-ci, le premier poste le plus recherché en 2018 est celui d’agent d’entretien, avec près de 78.000 projets d’embauches.

Construction et industrie face à une pénurie de main d’œuvre

Mais ces deux secteurs, de la construction et de l’industrie, connaissent depuis de nombreuses années une vraie pénurie de main d’œuvre. Au total, c’est même une entreprise sur deux qui anticipe des difficultés de recrutement (44,4%), notamment dans ces deux secteurs. Dans le détail, parmi les métiers où les difficultés de recrutement sont les plus élevées figurent ainsi ceux de couvreurs, chaudronniers, serruriers, carrossiers, d’aides à domicile ou encore de mécaniciens.

Des métiers en tensions pourtant souvent plébiscités par les volontaires de l’EPIDE, comme l’atteste la dernière étude sur le devenir des volontaires de l’EPIDE. L’industrie est ainsi le deuxième secteur dans lequel le plus de volontaires exercent, après celui du service aux entreprises.

Le directeur général de Pôle emploi tient tout de même à nuancer cette tendance : « Si les recrutements sont parfois difficiles, la grande majorité d’entre eux aboutissent in fine. L’an dernier, la moitié des offres déposées à Pôle emploi ont été pourvues en moins de 38 jours » souligne-t-il.

Une approche par compétences

Pour faire face à ces difficultés, Pôle emploi élargit désormais son vivier de candidats en développant une approche par compétences. Les entreprises se voient ainsi proposer des candidats possédant les compétences attendues pour le poste, mais sans expérience pour autant sur ce métier.

>> A lire également : Pôle emploi et l’EPIDE renforcent leur action commune


Pôle emploi devrait également, dans le cadre du plan d’investissement compétences (PIC), développer des formations autour du « savoir-être » en entreprise. Celles-ci seront dispensées à près de 20.000 demandeurs d’emploi en 2018 et 80.000 en 2019.

 

*Enquête annuelle réalisée en collaboration avec le Credoc, à partir d’un questionnaire envoyé à 2,3 millions d'établissements, dont 436.000 réponses, afin de connaître leurs besoins en recrutement.