Des jeunes, acteurs de leur avenir

L’Euro 2016, un formidable vivier d’emplois pour les jeunes

En plus d’être une manifestation sportive de premier ordre, l’Euro 2016 est aussi un évènement économique majeur. Plusieurs milliers de Français devraient ainsi bénéficier d’emplois directs, dont un peu plus de 80 jeunes volontaires des centres EPIDE.

51 matchs dans 10 villes de l’Hexagone. A la clé, c’est près de 10.000 personnes qui devraient être employées tout au long du déroulement de l’Euro 2016, selon un rapport du Centre de droit et d’économie du sport (CDES). Plusieurs milliers d’emplois durables devraient ainsi être créés dans la prévention-sécurité, la restauration, le commerce, ou encore les services pendant ce mois célébrant le football européen.

Une opportunité certaine pour les jeunes en recherche d’emploi et de formation dont se sont saisi les centres EPIDE concernés par l’évènement, et en particulier celui de Bordeaux (33). Au moins 60 volontaires du centre devraient travailler entre le 10 juin et le 10 juillet prochain grâce à trois entreprises, Keolis, un acteur majeur du transport public de voyageurs, Proman cinquième acteur de l'intérim en France, qui a été choisi pour le recrutement des intérimaires pour l'Euro 2016, et enfin le groupe AROM, spécialisé dans la restauration et très implanté dans la région bordelaise.

45 jeunes chez AROM

A la clé, CDD, missions d’intérim ponctuelles ou formation qualifiante vers des emplois durables. Dans le détail, 20 volontaires interviendront pour Proman dans la fan-zone, située au cœur de Bordeaux, et qui recevra chaque jour des dizaines de milliers de spectateurs et touristes. Ces jeunes exerceront leur savoir-faire sur des missions de montage de stands, de manutention, de menuiserie, d’accueil et de consigne ou encore comme vendeur pour la marque Coca-Cola. Une occasion unique, pour ces volontaires de se retrouver au cœur de cet évènement sportif historique.

Chez AROM, cette fois, c’est 45 des 72 jeunes présentés par le centre de Bordeaux qui ont été retenus par la société. Parmi ceux-ci, une quinzaine travailleront pendant le mois complet, 28 heures par semaine, note Vanessa Guyard, Chargée des relations entreprises du centre. Un nombre important qui traduit le coup de cœur du président du groupe, M. Didier Oudin pour l’EPIDE et ces jeunes, à qui il a souhaité donner leur chance : « J’ai été très impressionné par la qualité de l’accueil que je ne retrouve pas même dans une école hôtelière. J’ai été aussi agréablement surpris par l’esprit du centre. Rencontrer ces jeunes éloignés de tout a été une très belle expérience. J’ai senti qu’ils avaient vraiment envie de s’en sortir ».

« Le concept de l’EPIDE est génial », Didier Oudin, Président du groupe AROM

Un sentiment réciproque et partagé par les jeunes, comme Hamed, qui ont pu rencontrer le Président d’AROM : « M. Oudin nous a expliqué qu’il avait lui aussi commencé à travailler très jeune, à 16 ans, et qu’il était finalement comme nous. Cela nous montre que nous aussi l’on peut y arriver dans la vie ! »

Conscient des difficultés qu’ils rencontrent en terme de mobilité, Didier Oudin a également promis aux jeunes qui tiendraient jusqu’à la fin de leur engagement, une prime pour leur permis de conduire. Des jeunes avec qui le président d’AROM, souhaite s’inscrire « dans le temps avec, par la suite, des emplois durables ».

De nombreux emplois dans la sécurité

Face au renforcement des dispositifs de sécurité, entourant les différents lieux de la compétition, les besoins en termes d’agents de sécurité demeurent très nombreux. Au centre de Lyon-Meyzieu, sept jeunes ont ainsi été embauchés en CDI à ces postes pour couvrir la fan-zone de Bellecour, et 4 en CDD en renfort, le tout par la société Byblos, explique Gwenaelle Lupy, Chargée des relations entreprises à l’EPIDE.

A l’EPIDE de Montry (77), trois ou quatre jeunes devraient grossir les rangs de la société S3G pour des vacations dans le cadre de la sécurité du Stade-de-France à Saint-Denis (93). Une situation identique pour les jeunes de l’EPIDE de Margny-lès-Compiègne (62) mais aussi ceux de Marseille (13) au stade Vélodrome cette fois, avec également des contrats d’intérim comme agent d’entretien dans l’enceinte. Un mois qui sera donc très chargé pour ces volontaires qui vivront et participeront de très près à l’évènement.

Johan Garcia.