Des jeunes, acteurs de leur avenir

L’EPIDE présente des résultats à la hausse

Les résultats 2016 d’insertion des jeunes pris en charge par l’EPIDE sont désormais connus, et ils sont en progression par rapport à ceux de 2015.

La réorganisation conduite par l’EPIDE en 2015 porte ses fruits. Au terme d’un travail d’ampleur de restructuration des équipes des 19 centres et de la Direction générale et de formalisation des pratiques éducatives, les résultats sont au rendez-vous.


Les sorties positives et des sorties dynamiques progressent de 4,7%

Année de fortes transformations, 2015 avait présenté une stabilité des résultats d’insertion. En 2016, la réorganisation engagée porte ses fruits puisque les résultats d’insertion de l’Etablissement progressent de 4,7% (respectivement de 2% pour les sorties positives en emploi de plus de deux mois ou en formation qualifiante et de 2,7% pour les sorties dynamiques _ contrats de travail de moins de deux mois, service civique, formation pré-qualifiante et réorientation en mission locale). Parallèlement, les sorties anticipées et les fins de contrat sans solution (FCSS) connaissent une diminution.

Nathalie Hanet, Directrice générale de l’EPIDE, précise « ces bons résultats confirment la performance de la nouvelle organisation et rendent grâce à l’investissement des agents qui se sont mobilisés autour d’un projet pédagogique rénové. Je salue la profonde motivation des jeunes qui s’investissent jusqu’au bout de ce parcours exigeant. Leurs efforts sont payants puisque ceux qui n’abandonnent pas prématurément le dispositif s’insèrent dans 85% des cas ».

   

85% des jeunes qui suivent l'intégralité du parcours réussissent leur insertion professionnelle

Dispositif d’insertion particulièrement exigeant, l’EPIDE accueille les volontaires en internat de semaine et leur propose un programme d’activités très dense, dispensé dans un cadre d’inspiration militaire. Levés à 6h, les jeunes participent à des activités de formation, d’insertion, d’éducation à la citoyenneté de 8h à 19h. Des activités culturelles sont proposées jusqu’à 22h. Enfin, les volontaires bénéficient d’un accompagnement sanitaire et social.

Ce programme exigeant explique le taux de sorties anticipées par rapport à la fin du contrat de 8 mois. Pourtant recrutés pour leur motivation forte, les volontaires de l’EPIDE n’ont pas toujours mesuré le changement de rythme profond induit par leur engagement. Néanmoins, lorsque ces jeunes s’accrochent pour aller jusqu’au bout du parcours, ils sont 85% à sortir de l’EPIDE en situation d’emploi de plus de deux mois ou de formation qualifiante.

87% des volontaires admis à l’EPIDE n’ont aucun diplôme

Conformément à la mission de l’EPIDE, le recrutement des jeunes les moins qualifiés se confirme. En 2016, 40% des jeunes intégrant le dispositif présentaient un niveau VI ou Vbis (sorties en cours de 1er cycle de l'enseignement secondaire ou abandons en cours de CAP ou BEP). Cette population, cœur de cible de l’EPIDE, représentait 37% des effectifs en 2015. Au total, 87% des volontaires admis à l’EPIDE n’ont aucun diplôme (autre que le brevet ou le certificat de formation générale).

Enfin, l’EPIDE confirme la mixité de son recrutement. La part de femmes parmi les volontaires reste stable à 26% tandis que les jeunes issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) représentent environ un tiers des recrutements.

Pour Nathalie Hanet, « l’augmentation des résultats d’insertion de l’établissement alors même que les jeunes entrant dans le dispositif présentent un niveau de qualification plus bas envoie un nouveau signal positif. La parution prochaine du bilan détaillé de l’activité de l’EPIDE en 2016 permettra de revenir sur la formalisation du projet pédagogique de l’établissement, qui a incontestablement joué un rôle prépondérant dans la consolidation de nos résultats ».

 

 

 

 

Date de publication : 21/04/2017