Des jeunes, acteurs de leur avenir

« En service civique, l’EPIDE m’a aidée à trouver ma voie professionnelle »

Restée huit mois à l’EPIDE, Justine a pourtant suivi un parcours très particulier : celui d’une volontaire du service civique, venue aider les volontaires du centre de Cambrai. Elle n’imaginait pourtant pas que l’EPIDE l’aiderait, elle aussi, à trouver sa voie professionnelle.

En entrant à l’EPIDE en tant que volontaire du service civique, Justine ne pensait pas que l’EPIDE pourrait l’aider, elle aussi, à trouver un emploi. Et pourtant, après 8 mois comme animatrice pédagogique au sein du centre EPIDE de Cambrai, celle-ci a désormais trouvé sa voie, dans l’Armée de l’air.

Après un Bac professionnel Accueil et relation client usagers, Justine, comme beaucoup de jeunes, entre à l’université avant d’abandonner. « J’ai fait une première année de licence de droit, qui ne m’a pas plue » explique Justine. Elle découvre alors le service civique et propose de s’y engager pour entrer à l’EPIDE, en décembre 2016. « Je connaissais des personnes qui avaient intégré l’EPIDE, mais en tant que volontaire. » Pour Justine, ce projet est un vrai challenge. « Je voulais aider les volontaires. J’ai un bon contact avec les gens. Je voulais essayer » explique-t-elle. « L’encadrement d’inspiration militaire et l’uniforme m’attiraient aussi. Je voulais découvrir ce milieu » concède-t-elle.

Un engagement au service de l’intérêt général

Chaque année, de nombreux jeunes font le même choix que Justine, en apportant leur soutien à l’EPIDE par le biais du service civique. Cet engagement volontaire, au service de l'intérêt général, au sein d'une association, d'un établissement public, ou d'une collectivité est ouvert aux 16-25 ans. Accessible sans condition de diplôme, le service civique est même indemnisé jusqu’à 580 euros par mois.

Le centre EPIDE de Cambrai lui fait tout de suite confiance et lui propose de devenir animatrice pédagogique au sein du centre, une trentaine d’heures par semaine. L’occasion pour la jeune femme de mettre en place un projet complet. « J’ai installé une salle emploi pour recevoir les volontaires et les accompagner sur des objectifs particuliers. Je les aidais à mettre à jour leur CV, leur lettre de motivation. Je cherchais avec eux des formations, des emplois. J’actualisais les offres d’emploi que nous recevions » décrit-elle.

« L’EPIDE m’a beaucoup soutenue tout au long de mon parcours. » Justine, ancienne volontaire en service civique à l’EPIDE.

« Je faisais aussi des points avec les jeunes sur leurs recherches de stages ou d’emplois avant qu’ils n’en parlent avec leur conseiller en insertion professionnelle » poursuit Justine. « D’autres venaient aussi pour s’entraîner au code de la route sur les ordinateurs à disposition. Ils venaient avec un objectif, et je leur donnais un coup de main » justifie Justine.

« L’EPIDE m’a aidée à grandir »

Cette expérience très enrichissante est toutefois un peu difficile au départ pour la volontaire du service civique « J’ai le même âge que les volontaires de l’EPIDE, certains étaient même plus âgés, mais j’étais considérée comme une cadre. J’ai dû apprendre à m’affirmer dès le début et mettre en place une véritable distance professionnelle » se souvient-elle.

Pour Justine, l’EPIDE l’a aussi aidée à mûrir. « J’ai découvert beaucoup de choses à l’EPIDE. J’ai appris la cohésion, que je ne connaissais pas avant. Cela m’a permis de grandir et d’évoluer dans ma vie privée et professionnelle » explique-t-elle. « Venir en aide auprès des volontaires m’a permis de m’ouvrir un peu plus, de m’exprimer, d’avancer. » Mais Justine a aussi été touchée par l’esprit de cohésion de l’EPIDE : « Je ne pensais pas qu’il pouvait y avoir autant d’entraide entre volontaires. Même des personnes en difficultés sont capables d’aider les autres. L’EPIDE c’est une famille. »

« C’est grâce à l’EPIDE et aux volontaires que j’ai pu intégrer l’Armée de l’air »

Pour Justine, son parcours à l’EPIDE est aussi l’occasion de se frotter à un cadre d’inspiration militaire. « J’ai appris le garde-à-vous, le rassemblement. C’était très instructif » se souvient-elle. « J’ai pu participer à un parcours sportif militaire, qui m’a fait découvrir l’entraide entre cadres et volontaires. »

« Jamais je n’aurais pensé à entrer dans l’Armée de l’air. C’est grâce à l’EPIDE et aux volontaires que j’ai pu intégrer l’Armée de l’air. » Justine, ancienne volontaire en service civique à l’EPIDE.

En entrant à l’EPIDE, Justine, comme les volontaires, recherchait elle aussi sa voie professionnelle. « Dans le passé, j’avais effectué des remplacements comme secrétaire médicale. Des volontaires m’ont expliqué que dans l’Armée de l’air, ces métiers aussi étaient recherchés. » Encouragée par de nombreux jeunes du centre, Justine contacte le CIRFA de Lille afin de se renseigner, en mai 2017. Une décision gagnante puisqu’en décembre, Justine devient aviatrice volontaire dans l’Armée de l’air, en tant que secrétaire et agent d’accueil pendant un an au CIRFA de Lille.

Un poste temporaire avant de devenir militaire du rang et faire ses classes à Orange pendant deux mois. « Je serai formée sur ma spécialité pendant deux semaines avant d’être envoyée sur une base aérienne, en tant que secrétaire gestionnaire administrative » se félicite Justine. « Cela a été un peu compliqué pour mes parents quand je leur ai annoncé que je voulais entrer dans l’armée. Mais ils étaient très fiers de mon parcours, de ce que m’avait apporté l’EPIDE, et que j’ai su m’en sortir seule » conclut-elle.