Des jeunes, acteurs de leur avenir

Employé d’immeuble, gardien, poste administratif : 3F séduit les volontaires de l’EPIDE avec ses métiers

En un an, le nombre de volontaires recrutés par le bailleur social 3F a fortement augmenté grâce à un partenariat national signé fin 2015. La diversité des métiers proposés permet aux volontaires de se projeter dans le groupe, leader du logement social en France.

Fin 2015, l’EPIDE signait un partenariat de collaboration avec 3F. Une coopération venue étendre et entériner les nombreuses relations locales déjà entretenues entre différents centres EPIDE et le bailleur social, et ce depuis plusieurs années.

Grâce à ce partenariat, en un an seulement, près d’une douzaine de volontaires ont ainsi pu bénéficier de stages,  ou encore signer un contrat à l’issue de leur parcours. Ils se sont orientés vers les différents emplois proposés par 3F.

« Je vois que je sers à quelque chose »

Parmi ces anciens volontaires, Malika. Celle-ci a intégré le centre EPIDE de Val-de-Reuil (27) en novembre 2015. A peine 5 mois après, elle décroche un stage chez Immobilière Basse Seine, l’une des sociétés régionales de 3F. Une expérience concluante qui évolue immédiatement pour elle vers un contrat d’avenir d’un an, renouvelable deux fois, comme chargée de recouvrement en précontentieux : « Je suis en charge de contacter et relancer les locataires qui ont des impayés de loyers. J’essaie de comprendre ce qui ne va pas. Si je peux aider, je fais tout pour trouver une solution. »

La jeune femme, de maintenant 26 ans, qui confie avoir toujours eu « envie de travailler », espère désormais évoluer vers un CDI. « Mon emploi se passe super bien ! » explique celle-ci, se projetant même dans l’avenir : « J’aimerais, pourquoi pas, évoluer dans le futur vers un poste d’assistante sociale chez 3F, pour pouvoir encore plus aider les personnes qui sont en difficultés pour payer leur loyer ». La dimension sociale n’était pourtant, à l’origine, pas le souhait premier de Malika lors de son entrée à l’EPIDE. « Je voulais travailler dans la mode ou l’esthétique » se rappelle-t-elle. Pourtant, aujourd’hui, « cet emploi me plaît beaucoup. Je vois que je sers à quelque chose. »

« Les jeunes de l’EPIDE ont envie de travailler, ils sont constants et motivés », Rodolphe Salfati, responsable Emploi et Carrières de 3F.

Evoluer en interne

Le contact avec les locataires. C’est aussi ce qui a plu à Annie-Rose. Gardienne d’immeuble depuis février 2009, cette ancienne volontaire du centre EPIDE de Montlhéry (91), devenu celui de Brétigny (91), est la première volontaire à avoir été recrutée par 3F. Après 5 années passées à ce poste, Annie-Rose a évolué en interne, comme 25% des employés du groupe, au poste de gestionnaire de proximité. Depuis mars 2016 « j’interviens désormais en remplacement ou en renfort dans tout le département de l’Essonne » décrit-elle. Un poste tremplin vers celui de chef de secteur où elle devra cette fois manager plusieurs personnes.

Une évolution parfaitement réalisable comme l’explique Rodolphe Salfati, responsable Emploi et Carrières de 3F : « Nous avons, par exemple, un ancien gardien d’immeuble qui a évolué au poste de responsable habitat. Il encadre aujourd’hui 50 personnes et gère plus de 3000 logements. Tout est possible chez 3F. »

900 recrutements en 2016

Les deux anciennes volontaires ne regrettent pas d’être passées par l’EPIDE : « J’ai été au moins deux ans au chômage. Je me retrouvais parfois sans rien, sans argent à la fin du mois, explique Malika. Cette situation entraînait aussi des tensions avec ma famille. Maintenant, cela va beaucoup mieux grâce à l’EPIDE, qui m’a permis de trouver cet emploi. » Comme cette dernière, Annie-Rose affirme avoir grandi avec cet emploi et gagné en maturité : « Je suis surtout beaucoup moins timide aujourd’hui, même si le début a été compliqué ! » raconte la jeune femme qui a géré plus de 160 logements à Athis-Mons (91).

« 3F a toujours répondu présent pour le recrutement de jeunes en difficultés. Nous sommes une entreprise sociale avant tout », explique Rodolphe Salfati. Dans cette optique, le bailleur social propose ainsi des postes très divers aux jeunes sans qualification : employé d’immeuble en charge de l’entretien, gardien, accueil, postes administratifs, etc. « Nous faisons également découvrir nos métiers à des jeunes par la voie des stages et de l’alternance » conclut celui-ci. En 2016, le groupe a ainsi recruté près de 900 nouveaux collaborateurs, portant ses effectifs à 3600 salariés. Une dynamique qui se devrait se poursuivre, cette année encore.