Des jeunes, acteurs de leur avenir

Emploi : des volontaires de l'EPIDE au cœur de la forêt landaise

Un groupe de volontaires du centre EPIDE de Bordeaux a découvert la forêt des Landes et ses métiers atypiques durant un séjour de cohésion fin avril.

Du mardi 25 au jeudi 27 avril 2017, une section du centre EPIDE de Bordeaux s’est rendue à Sabres, au cœur de la Haute-Lande. Il s’agissait, à travers un séjour, de faire conjuguer l’esprit de cohésion avec la culture, l’Histoire, la mémoire et l’insertion professionnelle.

Durant trois jours, une vingtaine de volontaires s’est familiarisée avec l'environnement Landais, et plus particulièrement, grâce à la coopérative Alliance Forêt-Bois et au Lycée Forestier, aux métiers touchant à l'exploitation forestière et à l'environnement.

Découverte d’emplois originaux

De nombreux jeunes ont touché du doigt une réalité ignorée : l’emploi en tension en milieu rural, en particulier pour les métiers de bûcherons, de tractoristes, ou de planteurs en pépinière. Souvent rustiques et exigeants, ces métiers sont parfois aussi à la pointe de la technologie. Plusieurs volontaires ont ainsi vu leurs convictions et aprioris évolués grâce à la visite du lycée et de ses ateliers de travaux pratiques.

Les volontaires ont également pu découvrir l’éco-musée de Marquèze. Cet établissement départemental expose ainsi la vie quotidienne des habitants de la lande, depuis la création du massif forestier au XIXème siècle. La direction a présenté aux jeunes, du centre EPIDE de bordeaux, les divers métiers liés au tourisme et à l’animation culturelle, accessibles par concours ou en CDD saisonnier.

Un environnement calme

Une intervention qui s’est poursuivie par une visite de l’airial de Marquèze et par un déjeuner régional. En goûtant aux charmes d’autrefois, les volontaires ont pu vérifier les bienfaits du calme, de l’équilibre et de la sobriété. Des jeunes particulièrement réceptifs à cet environnement.

Ces journées champêtres ont été couronnées par des activités sportives telles que des matches de volley ou de football, mais surtout par une randonnée dans un environnement peu connu de la plupart des volontaires : la forêt des Landes. Bien qu’artificielle, puisqu’il s’agit d’une création du Second Empire, elle garde toujours ses colonnades gigantesques et ses futaies hypostyles de pins.

Pour les volontaires, ce séjour fut à la fois une rencontre et un évènement. L’immersion, dans ce qui constitue une part de l’identité de la Gascogne, a rallié tous les suffrages et possiblement suscité des vocations professionnelles inattendues.