Des jeunes, acteurs de leur avenir

Découverte des métiers de la pierre pour trois centres EPIDE

Les volontaires des centres EPIDE de Bordeaux, Marseille et Toulouse se sont retrouvés pour une visite commune de deux centres de formation d'apprentis (CFA) de l'UNICEM et d'une carrière de granit.

Une région, deux CFA, trois centres EPIDE. Fin juin, les volontaires des centres EPIDE de Bordeaux (33) et Marseille (13) ont rejoint en Occitanie leurs homologues du centre EPIDE de Toulouse (31) pour une visite des CFA de Besière et Lacrouzette. Il n'est pas rare au sein de l’Établissement pour l'insertion dans l'emploi que soient organisées des visites ou actions regroupant plusieurs de ses 19 centres repartis sur la France métropolitaine.

Une collaboration entre l'UNICEM et l'EPIDE pour l'insertion des jeunes vers des métiers variés et évolutifs

En 2016, l'union nationale des industries de carrières et matériaux de construction et l'EPIDE se sont, ensemble, engagés pour favoriser l'accès et le maintien en contrat d'apprentissage des jeunes en signant une convention au niveau national.

C'est donc dans ce cadre que les volontaires ont découvert les divers métiers du BTP. Durant la visite du CFA de la pierre, ils ont écouté les explications du métier de marbrier par un formateur dudit métier. Toujours passionné par son métier après 30 ans en entreprise, il est, maintenant, dans la transmission du savoir-faire auprès des jeunes apprentis.

Apprenti de l'UNICEM et volontaire de l'EPIDE, un quotidien similaire pour un même objectif : l'emploi

Fédération regroupant la quasi-totalité des industries extractives de minéraux ainsi que les fabricants de divers matériaux de construction (bétons, mortiers, plâtre...), l'UNICEM gère directement trois CFA qui proposent tous des solutions d'hébergement.

Le CFA de Lacrouzette a passé une convention avec la ville pour pouvoir utiliser les bungalows habituellement loués les week-ends et durant les périodes de vacances, permettant ainsi d'héberger les internes du CFA durant la semaine. Chaque vendredi, les élèves quittent les logements pour les réintégrer le lundi. Durant la semaine un agent de sécurité privée est en charge de la surveillance. Travailleur indépendant et ancien militaire, il a pour mission de faire respecter un règlement intérieur comprenant l’extension des feux à 23h. Sur ce site, les élèves ont également accès au terrain de football et de tennis et ce, dans le respect des règles imposées. Des règles de vie que les volontaires de l'EPIDE ont tout de suite assimilé à celles suivies dans un centre EPIDE. Seule différence le logement et l'apprentissage ne se trouvent pas sur les même lieux.

Un secteur en attente de plus de 100 000 jeunes pour les 10 prochaines années

Le BTP occupe 1,5 million d'actifs dont 1,265 million de salariés, 109 000 intérimaires (en équivalents temps plein) et 265 000 travailleurs indépendants. Un secteur qui recrute. Pourtant une pénurie de main d’œuvre est à déplorer alors même que le taux de chômage est élevé sur le territoire.
 
Une politique active de formation s'installe et a pour objectif d'intégrer 10 000 jeunes par an dans les filières de formation aux travaux publics. Des efforts sont remarqués et démontrent que les effectifs de jeunes en formation aux métiers des Travaux Publics (conduite d’engins, construction de routes, de canalisations et d’ouvrages d’art, BAC PRO TP et BTS TP) augmentent régulièrement. Toutefois cela reste encore insuffisant pour répondre  aux besoins des entreprises. Les apprentis représentent 42 % des élèves en formation. Les contrats de professionnalisation et les contrats d'apprentissage se développent et progressent par rapport à l'année précédente. Ce type de contrats permet d'apprendre un métier car il alterne formation scolaire et travail en entreprise.

En 2015 selon l'INSEE, 578 759 entreprises existent dans le BTP. Ce qui fait tout autant de futurs recruteurs pour les volontaires de l'EPIDE.