Des jeunes, acteurs de leur avenir

De Mayotte aux cuisines de DomusVi

Sadjida, 21 ans, fait partie de la quinzaine de jeunes de l’EPIDE à espérer intégrer une formation professionnelle de commis de cuisine au sein du groupe DomusVi. Pour y arriver, il lui aura fallu auparavant réaliser un long parcours. Traverser un continent, intégrer l’EPIDE, réaliser plusieurs stages et surtout mettre de côté sa timidité.

Charlotte sur la tête, gants en plastiques, tablier autour de la taille et chaussures de protection aux pieds, Sadjida est prête pour débuter sa journée. A 21 ans, cette jeune femme effectue pendant ce mois de juin 2016 son troisième stage par le biais de l’EPIDE, en tant que commis de cuisine au sein de la résidence Tiers Temps, une maison de retraite médicalisée du groupe DomusVi, à Paris.

« J’ai beaucoup d’amour pour la personne humaine. J’aime donner de mon temps aux gens », Sadjida.

Durant les quelques mois qu’elle passe à l’EPIDE, elle fait la connaissance du « secteur social, grâce à une association ». Quelques semaines plus tard, c’est une passion pour la cuisine qu’elle se découvre lors d’un atelier de l’EPIDE, organisé par sa conseillère en insertion professionnelle. Pour Sadjida, c’est le déclic, elle sait ce qu’elle veut faire plus tard.

Début 2016, la jeune femme n’hésite ainsi pas à déménager une nouvelle fois, jusqu’à Paris, pour réaliser ses trois stages au sein de DomusVi, récent partenaire de l’EPIDE, spécialisé dans l’accueil de personnes âgées. Trois expériences qui confirment son projet professionnel et la font évoluer.

« Je me sens utile »

« J’ai appris beaucoup de choses dans cette résidence » révèle la jeune femme autrefois très timide et renfermée comme elle le reconnaît. « On m’a appris à aller vers les autres, à être moins timide » explique-t-elle. Une évolution confirmée par son tuteur de stage, Paul Séance, chef des cuisines, présent depuis 7 ans dans la résidence.

Sadjida et son tuteur, le chef de cuisine DomusVi au sein de la résidence Tiers Temps

Pour lui, Sadjida est avant tout un très bon élément. « Elle est à l’écoute et attentive à ce qu’elle fait. Elle est demandeuse et motivée. Sadjida a envie d’apprendre. On sent qu’elle aime ce qu’elle fait ici » analyse-t-il, fier de sa stagiaire. « Le plus important, pour moi, c’est le respect et l’écoute ; Quelque chose qu’elle a très bien compris » conclut-il.

En tant que commis de cuisine, « je réalise les entrées, les plats, les desserts et les goûters des résidents » détaille Sadjida, en plein dressage d’une cinquantaine d’assiettes composées de quartiers de pamplemousse, agrémentés d’un coulis de fruits rouges. Comme son tuteur, son but est avant tout de « faire plaisir aux personnes âgées » qui vivent sur place, en leur servant des repas avec du goût.

Sadjida termine de dresser ses assiettes de pamplemousse dans les cuisines de DomusVi

Un poste qui lui permet également de rentrer en contact avec une partie des 53 résidents, « agréables et gentils » comme elle le note très simplement. « Cela me fait plaisir de les rencontrer. J’aime les aider, les accompagner. Etre à leur contact m’a fait évoluer, me sentir utile. Quand je vois une personne âgée dans la rue par exemple, je lui propose mon aide maintenant. »

Huit mois de formation professionnelle

Une aventure qui ne fait que commencer pour Sadidja pour qui le mois de juin sera crucial. En effet, la jeune femme doit passer le 28, devant un grand jury. Ce dernier devra décider si oui, ou non, Sadjida peut intégrer le groupe d’une quinzaine de jeunes de l’EPIDE, en stage chez DomusVi, qui souhaitent passer un certificat de qualification professionnelle (CQP) au CEPROC, le Centre Européen des Formations Culinaires situé à Paris. A la clé, huit mois de formation professionnelle, en alternance, dans les établissements du groupe DomusVi et un contrat en CDD ou CDI.

« Cette formation va m’enseigner beaucoup de choses. J’ai envie de continuer à apprendre avant de pratiquer et d’être tout de suite dans un métier ». Mais cette formation n’est pas le seul objectif de Sadjida qui aimerait également passer son CAP cuisine comme elle le confie. Une formation qui lui permet désormais de rêver de sa future vie et de faire des projets : « Un jour, j’ouvrirai mon propre restaurant ». Tout simplement.


Focus sur la Résidence Tiers Temps de DomusVi

Maison de retraite médicalisée, située dans le 14ème arrondissement de Paris et ouverte en 1984, c’est la plus ancienne du groupe DomusVi. Il s’agit de l’ancienne maternité de la Porte d’Orléans. A taille humaine, cette « résidence de standing » accueille une cinquantaine de personnes âgées de 88 ans en moyenne, explique Véronique Vadurel, Directrice de la structure qui emploie 35 salariés.

Si pour Mme Vadurel c’est une expérience nouvelle de recevoir une jeune en stage en cuisine, la résidence a toutefois l’habitude d’accueillir des stagiaires, ou offrir une deuxième chance à des jeunes sur différents postes : aides-soignant(e)s, agents-d’entretien, aide-hôtelier(e), etc. « Ces jeunes peuvent tous espérer des contrats à la fin de leur formation ou de leur stage chez nous. On peut en plus évoluer dans le groupe DomusVi » ajoute Mme Vadurel. « C’est un très beau métier pour des gens courageux » conclut-elle.

 

Johan Garcia.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer