Des jeunes, acteurs de leur avenir

30 volontaires de Saint-Quentin partent en séjour pédagogique à Auschwitz

30 volontaires du centre EPIDE de Saint-Quentin se sont rendus en Pologne fin novembre. Une action qui s’inscrit dans le cadre du parcours citoyen de l'EPIDE, l’un des piliers de l’offre de service. Ils ont, entre autres, visité le camp d'extermination d’Auschwitz-Birkenau.

Un séjour placé sous l'angle du devoir de mémoire. C'est le cadre du voyage dans lequel s'est inscrit la participation de trente volontaires du centre EPIDE de Saint-Quentin, fin novembre. Un voyage de cinq jours en Pologne pour découvrir entre autre, le camp d'extermination d’Auschwitz.

Des visites marquantes pour les volontaires

Pour de nombreux volontaires ce voyage hors des frontières françaises étaient une première. Et pour cause, un grand nombre d'entre eux n’avaient, jusqu'ici, jamais quitté le territoire national. Même les 22 heures de bus n'ont ainsi pas refroidi leur enthousiasme.

Au programme, de nombreuses visites de lieux phares de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Après la visite de la ville de Cracovie et son ghetto juif, les jeunes du centre EPIDE ont découvert le camp d'extermination d’Auschwitz-Birkenau. Une visite qui leur a permis de prendre conscience de ce passé et de faire le lien entre l’Histoire enseignée et la réalité. C'est le cas de Maxime, volontaire de 18 ans : « C’est une chance de visiter Auschwitz pour mieux comprendre l'histoire de ce lieu et ce qui s'y est passé. »

Un grand nombre d’entre eux ont ainsi été émus aux larmes par cette visite très difficile émotionnellement. Le séjour s'est poursuivi avec la visite de la mine de sel de Wieliczka, exploitée depuis le XIIIe siècle. Une visite également très enrichissante pour les volontaires qui ont découvert un lieu inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. A cette occasion ils ont pu descendre à plus de 150 mètres de profondeurs.

Mais pour les volontaires, ce voyage était aussi l'occasion de s’investir dans une expérience collective regroupant divers aspects en lien avec le parcours citoyen de l'EPIDE. L'objectif de ce séjour était ainsi de renforcer leur autonomie, tout en s'inscrivant dans un tissu social différent du leur. Le voyage leur a également permis de développer une véritable ouverture culturelle et européenne. Enfin, les volontaires ont été de vrais acteurs dans les étapes de la construction du projet.

Un séjour préparé de longue date

Ce projet fait ainsi suite à un précédent voyage, où d'autres jeunes de l'EPIDE avaient découvert le camp de Struthof, en Alsace. En amont de ce nouveau voyage, à l'étranger cette fois, des séquences pédagogiques ont donc été préparées par les volontaires : phase d’imprégnation personnelle et collective, recherches sur la Seconde Guerre mondiale et la Shoah, le génocide juif, visionnage de témoignages, de films comme « Nuit et Brouillard » ou « La Rafle », visite de sites internet tel que « Le grenier de Sarah » qui présente des portraits d’enfants déportés, mais également préparation logistique.

« L’intérêt de ce séjour est aussi de leur apprendre à devenir citoyen européen », Suzanne Roux, conseillère en éducation et citoyenneté au centre EPIDE de Saint-Quentin.

Les démarches, entamées il y a plus d’un an et demie, ont abouti grâce à l’implication de deux conseillers en éducation et citoyenneté de l'EPIDE, Cyril Bonnard et Suzanne Roux, et grâce au soutien financier de partenaires privilégiés qui ont permis de rassembler les 15.000 euros nécessaires pour ce voyage.

Parmi ceux-ci la ville de Saint-Quentin, la Communauté d’agglomération du Saint-Quentinois, la Fondation mémoire de la Shoah, le Comité du Souvenir Français de Saint-Quentin, la Fondation de la ligne Maginot, DMPA et Veolia. Des partenaires par ailleurs invités, début décembre, pour participer au lever des couleurs, aux côtés des agents et des volontaires du centre EPIDE de Saint-Quentin.

A l’issue de ce séjour, le centre participera également au prix de la Mémoire et du Civisme organisé par la Fédération Nationale André-Maginot.