Des jeunes, acteurs de leur avenir

La formation générale mise en pratique à l’EPIDE

A l’EPIDE la formation générale est adaptée au projet professionnel de chaque volontaire. Pour ces jeunes, sans diplôme ni qualification, la remise à niveau des savoirs de base dispensés à l’EPIDE doit être concrète et pas seulement théorique. De nombreuses actions sont menées en ce sens comme ici, à Combrée.

Etablir la relation entre des règles de calculs et des formules de géométrie et leur utilisation au quotidien. C’est l’objectif d’ateliers mis en place dans les 19 centres EPIDE, comme à Combrée (49). Divers projets ont permis, entre les mois de janvier et février 2018, de mettre en pratique des connaissances théoriques, acquises par les volontaires, par le biais de projets concrets. Une bonne manière d’apprendre en s’amusant.

Le premier d’entre eux a vu la construction d’un billard par un groupe de volontaires dans le cadre des activités du soir. Un projet ambitieux parti d’un simple échange entre moniteurs et volontaires. Deux agents du centre, Cyrille Freihaut et Christophe Bertrand, leur ont ainsi proposé de concrétiser leur idée.

Des compétences mises en perspective avec le projet professionnel des volontaires

Le projet fait appel à des notions acquises en formation générale, notamment en mathématiques. Cette action s’inscrit ainsi parfaitement dans le projet pédagogique de l’établissement. En effet, à l’EPIDE, la formation générale est individualisée et adaptée au projet professionnel de chaque volontaire. Une pédagogie qui permet de travailler sur les compétences clés nécessaires à la prise de poste future du volontaire ou à l’entrée en formation.

La construction de ce billard a ainsi permis aux volontaires de mettre en pratique des connaissances théoriques et d'acquérir des compétences techniques. Concrètement, après avoir réalisé ensemble un prototype et une étude de coût, l'équipe porteuse du projet a débuté la construction du billard. Au-delà des savoir-faire, ce projet sensibilise aussi les jeunes à l'utilisation d'équipement de protection individuelle lors d'une activité à risque qu'ils peuvent être amenés à utiliser dans le milieu professionnel.

Cette réalisation, grande première au sein du centre, a fortement plu aux volontaires. Parmi ceux-ci, Pablo, volontaire depuis le mois de décembre 2017 : « Ce projet m'apporte une occupation différente le soir de ce que je fais habituellement et élargit mes connaissances et compétences. C'est un plaisir pour moi de participer à ce projet qui me motive d'une part, car je pourrai y jouer, mais également en faire bénéficier l'ensemble des volontaires » explique-t-il.

Des ateliers qui permettent, aussi, d’améliorer le cadre de vie des volontaires

L'équipe a par la suite débuté la construction du châssis en s'appuyant sur le prototype préalablement réalisé. Pour y parvenir, les volontaires ont dû découper, poncer et lasurer du bois. Cette première étape finalisée, ils ont pu fixer le plateau de jeu au piètement. L'étape suivante, qui consiste à fabriquer des bandes et le perçage des trous du billard, est relativement longue et minutieuse. En effet, celle-ci nécessite de la précision, notamment dans l'assemblage et le collage des différents éléments. Cette phase terminée, les volontaires devront poser le tapis sur l'aire de jeu.

Au-delà de l’acquisition d’une expérience utile professionnellement, cette action avait aussi pour objectif de dynamiser les activités du soir à partir des appétences et compétences des moniteurs sur plusieurs semaines. C’était aussi l’occasion de contribuer à l’amélioration du cadre de vie des volontaires en les associant de bout en bout à cette action qui bénéficie au final à tous les jeunes du centre.

Les mathématiques en pratique

Dans le cadre de la formation générale et en lien avec le Parcours citoyen mis en place à l’EPIDE, un second groupe de volontaires a participé à une série d’ateliers où l’apprentissage et la consolidation des compétences en géométrie ont, ici aussi, été le fil conducteur d’un projet : la fabrication d’abris pour oiseaux.

Mené par Valérie Château, formatrice d’enseignement général, l’objectif de cet atelier était d’établir la relation entre des règles de calculs, des formules de géométrie et leur utilisation au quotidien. « Ce qui était intéressant, c’était de manipuler les matériaux et les outils, de réfléchir et de construire ensemble autour d’un établi de menuisier, tout en faisant des maths », confie un volontaire participant.

En effet, les séances en atelier leur ont permis, par exemple, de percevoir la perspective pour interpréter un plan, de calculer des surfaces ou d’identifier les besoins en matériel pour ensuite organiser une découpe optimale. Une action menée à bien puisque les nichoirs seront bientôt installés dans le parc du centre, en attendant l’arrivée d’autres constructions qui contribueront, elles aussi, à la préservation d’espaces de sauvegarde pour la faune locale.